la VIERGE et sa santé

 

Ce n'est certes pas, comme le Lion, le signe d'une santé apparent florissante . On dit même souvent que ces natifs n'ont pas bonne mine. La constitution physique du virginien, comme sa robustesse, sa vitalité, sa résistance connaissent des limites vite atteintes. Mais le sujet apprend facilement à les connaître, à  s'en accomoder, voire à les utiliser.

De par la prédestination du signe, il lui est facile d'interpréter les moindres malaises et de ne pas les laisser s'aggraver. Il a l'esprit à considérer les manifestations morbides comme les expiations de ses fautes contre les comportements naturels et sains, et préfère se borner à les déjouer par de petites manoeuvres de régime dont il tire, en général, le plus grand bien.

Cette attitude devant l'existence lui est d'ailleurs essentiellement nécessaire ; un certain complexe d'infériorité inhérent au signe, tendrait autrement à exalter des troubles nerveux  générateurs de désordre, pouvant dégénérer en véritables infirmités. Et c'est lui qui, renseigné par l'analyse et éclairé par un détail souvent sans valeur pour tout autre, sera susceptible de procéder à une véritable rééducation corrective. 

Au sein de ce complexe physiologique prédominent des réactions du système nerveux de nature quelque peu angoissante. C'est d'un tel sujet que l'on peut dire qu'il se fait facilement "du mauvais sang". Sa susceptibilité nerveuse s'extériorise en inhibitions, tant imaginatives que psychiques, ou physiques, par obéissance aux restrictions inhérentes à ce signe.

Ce qui peut produire de spasmodiques resserrements digestifs, intestinaux surtout,  que les médicaments ne sont susceptibles de lever que de façon transitoire et qui obéissent surtout aux manoeuvres (mercuriennes) de rééducation par "conduite du tempérament".

peut constater également de véritables inhibitions sexuelles avec de cours épisodes de rémission, ce qui permet, surtout aux femmes, de trouver une tranqillité apaisante dans une relative frigidité. Ces inhibitions peuvent dailleurs trouver un support physique comme le vaginisme.

La santé est en somme menacée par une hyperestésie (sensibilité exagérée) neuro-endocrinienne avec grande fatigabilité causée par une succession paroxystique de constriction nerveuse, de dépression et de surexcitation.

Il est donc à craindre que les médicaments, eux-mêmes, ne soient pris que par intermittence. Ces troubles nerveux suscitent des réactions réflexes  fonctionnelles chez les organes terminaux du transit digestif influencés par ce signe, notamment  entérites et constipation ; rarement des maladies tumorales qui, elles, se développent à bas bruit faisant partie de ces échéances brutales déjà évoquées.

Mais si le Virginien ne sait pas s'observer et faire une correcte autocritique, si le reste de son thème le porte à écouter l'un et l'autre, à adopter aujourd'hui des remèdes dont il changera demain, l'aggravation sera certaine, conduisant à l'hypocondrie et à l'acrimonie que le bon sens populaire attribue avec quelques raisons, aux constipés. Alors, ne tardent plus les retentissements en chaîne qui peuvent mener à l'intoxication généralisée.

La médication judicieuse sera justement celle de l'esprit du signe : pratiquer l'économie des forces nerveuses et physiques, user très modérement des médicaments mais plutôt de ces petits moyens qui conduisent souvent à de grand effets. L'observation bien conduite montre quelle est l'alimentation saine qui convient au virginien pour lui éviter les néfastes fermentations intestinales. le sujet s'en accomode d'ailleurs assez facilement, empressé à suivre une règle qu'il éprouve efficace, faite de petits détails destinés à lui faciliter une existence qu'il a tendance à considérer sous l'angle du train-train plutôt que des satisfactions spectaculaires. La stratégie d'une existence heureuse peut cependant résulter d'une tactique digestive de détail.

 

retour page LES SIGNES et LEUR SANTE

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam