le CANCER et sa santé

 

Une homonymie fâcheuse avec la terrible maladie ne doit pas faire craindre aux natifs de ce signe  d'être plus que d'autres, vulnérable à ses atteintes. Il faut, à vrai dire, bien d'autres inclinations morbides que la place du Soleil en Cancer.

Chez le cancérien-type prédomine la tendance au tempérament lymphatique. La Lune, maîtresse du signe est l'astre générateur des changements d'humeurs. Mais la mobilité n'est l'apanage de ce type que par certains côtés et, en général, sur le plan psychique.

On constate des réactions lentes, souvent imprévues, mais paresseuses. La grande céractéristique est un besoin irrépréssible de sommeil, le réveil musculaire est long ; les yeux ouverts, on les referme plusieurs fois et il faut les frictionner pour les accoutumer à l'ambiance ; les baillements, les étirements et les craquements de phalanges sont des préludes nécessaires à toute décision pour une activité physique. La sieste est de rigueur et ces sujets sont les adeptes les plus convaincus des pantoufles et du fauteuil au coin du feu, pour la veillée du soir.

Sur un tel tempérament, la maladie prend des formes curieuses, avec des symptômes imprécis, larvés, multiformes, une incubation lente, suivant de près les phases de la lune ou subissant les modifications horaires de son rythme journalier : réactions organiques instinctives au plus bas entre 4h et 7h du matin et de, de nouveau, une période critique à la fin de l'après-midi avec troubles fonctionnels et angoisses.

Les convalescences, s'il n'intervient pas un aspect majeur de Mars ou du Soleil, seront longues, aboutissant à un état de guérison imprécis. Ce sont en somme des malades rêvés pour le Docteur Knock !

Et pour peu que Saturne ait une certaine prépondérance dans le thème, on peut constater de l'asthénie, une pression artérielle anormalement basse, des complications de nature obstructive aux maladies courantes du signe. Celles-ci relèvent principalement d'un déséquilibre neuro-végétatif avec des conséquences psychosomatiques :  dysfonctionnement des glandes endocrines (en hyper ou en hypo), poussées et anomalies pubertaires, nanisme et gigantisme thymique ou hypophysaire.

Ces malades semblent poser des énigmes pour la médecine mais, paradoxalement, ils sont faciles à soigner s'ils persévèrent assez longtemps. Sur leurs symptômes vagues, on peut aussi bien incriminer le foie, le pancréas, la vésicule, l'estomac, l'intestin ou tout autre viscère digestif mais, en bref, il semble s'agir d'un fond de besoins jamais assouvis à la satisfaction du sujet.

Les Cancer se lassent facilement d'un traitement auquel ils ne laissent pas le temps d'agir, et changent de médecin.

Leur hyperémotivité infantile les rend tributaires d'une névrose, qui peut aller d'une plasticité psychique anormale jusqu'à l'hystérie, dans les thèmes très dissonnants. En certains cas, tendance aux fugues, asthénie, schizoïdie peuvent aussi être des étapes dans la névrose..

La nature aquatique du signe se fait sentir dans des affections diverses liées aux mouvements des humeurs : migraines menstruelles, gonflement des seins, cellulite, oedèmes, obésité hydroplexique, phases de haute et basse tension dans la sensibilité superficielle.

Selon certains médecins, l'abondance de symptomes troubles serait liée à des verminoses, ici encore, symptôme lunaire.

On prétend que la maternité est plus facile aux femmes de ce signe, sauf infortune de la Lune dans leur thème.

Une thérapeutique logique semble celle de la modification du terrain : on peut faire appel soit aux régimes alimentaires, soit aux pratiques thermales, soit encore à la suggestion, au magnétisme et à l'hypnotisme, avec des précautions. A l'opposé, on peut concevoir la technique de l'hibernation, repos complet pour des réflexes déphasés, repos suivi d'une lente réadaptation.

 

retour page LES SIGNES et LEUR SANTE

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam