le LION et sa santé

 

A l'instar du Lion lui-même, une force majeure et une vitalité débordante animent les natifs de ce signe, dûe au Soleil, leur astre de prédilection qui leur apporte une très grande capacité de résistance.

De réputation, ce signe est d'un tempérament solide, avec des proportions harmonieuses dont la largeur d'épaules met en valeur la sveltesse du reste du corps.

L'égoïsme foncier pour un être qui s'exprime par loyauté, passion ou domination, beaucoup plus que par tendresse ou par affection, reste insensible en grande partie aux réactions psychosomatiques de compassion et souffre de son propre complexe pathologique limité aux atteintes personnelles. Tout met en oeuvre un instinct d'extériorisation (souvent par empiètement sur autrui).

Il convient de se méfier d'une effervescence destructrice, ainsi que de l'orgueilleuse conviction de trouver uniquement en soi-même les directives nécessaires à sa santé. Se souvenir de la fable de La Fontaine : "le lion et le rat" et prendre à temps les conseils utiles.

Le Lion, réputé "superbe et généreux" a tendance à se dépenser dans les domaines, souvent par ostentation. Il peut être, un jour, victime de ces excès. Ce sont des phénomènes d'hyperactivité qui s'ensuivent avec toutes leurs conséquences pathologiques. Un fait, facilement vérifiable : ces sujets, lorsqu'ils se livrent à de copieux repas, sont immédiatement congestionnés. Le Lion influençant les tissus et les organes qui participent à la circulation , soit comme leviers de commande (centres nerveux), soit comme moteur (coeur), soit comme réservoir (rate), soit comme distributeurs (veines et artères), cette prédestination cardiovasculaire prédispose, au pire, à des désordres  circulatoires  troubles de la formule sanguine, anémies diverses, artérites, phlébites, syncopes, infarctus cardiaques, pulmonaires et cérébraux, embolies, angines de poitrine, endocardites, myocardites, sans compter les dépressions nerveuses qui peuvent jouer comme effet ou comme cause, en un enchaînement sans fin.  Et des troubles qui paraissent sans liaison peuvent y être attachés tels que : désordres visuels par hémorragies rétiniennes, crampes et même gangrène des membres inférieurs qui ne sont microbiennes que d'apparence et relèvent d'obstacles circulatoires par artérites méconnues ou mal soignées.

N'oublions pas les retentissements du syndrome  cardio-hépato-rénal, ni le vieil adage qui dit " pour soigner le poumon, veillez sur le coeur". En général, le malade de ce signe est sujet a des épisodes aigus, vifs et intenses, où les symptômes s'installent rapidement, où la température monte en flèche. En conséquence, l'évolution de la maladie, dans un sens ou dans un autre est souvent brève.

Lorsqu'il peut y avoir passage à la chronicité, celle-ci survient précocement. La médication conseillable est, de préférence, solaire et naturelle, la cessation ou la réglementation des dépenses physiques exagérées, les fruits mûris au soleil, les essences de fleurs principalement labiées (menthe, thym, romarin) agissant surtout comme vecteurs d'oxygène et désinfectants, les hypotenseurs naturels : l'oliver, l'ail, le gui, le rauwolfia de l'Inde, etc... sont plus indiqués que des produits chimiques brutaux laissant des séquelles d'encrassement par réaction de désagrégation cellulaire.

 

 

retour page LES SIGNES et LEUR SANTE

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam