le POISSONS et sa santé

 

Le natif des Poissons porte un constant intérêt aux questions de santé, tout comme celui de la Vierge, mais au contraire de celui-ci, il s'inquiète surtout des répercussions de la santé générale sur la sienne et, à l'annonce des épidémies, c'est lui qui étudie avec le plus d'avidité les symptômes pour en voir l'apparition chez lui, le plus tôt possible, tant il les redoute.

Ce n'est pas un malade qui s'écoute mais un malade qui écoute. Du fait de sa très grande sensibilité, les conséquences peuvent être parfois catastrophiques. Il puise dans les documents de vulgarisation médicale des informations qu'il croit précieuses mais peuvent faire de lui la proie de symptômes mal interprétés et de remèdes de charlatans. Ainsi sa santé est-elle très fortement  fonction de son entourage et de ses conditions de vie. 

Il faudrait à ce natif un médecin de famille, suffisamment psychologue pour répondre à ses arguments, ayant un maximum de doigté pour préciser ses sensations qui n'ont que trop tendance à se révéler diffuses, et surtout capable de lui imposer un traitement limité, homogène et suivi.

On admet que sa constitution générale est assez faible, vouée aux grandes maladies, aux infirmités, aux troubles larvés, mystérieux, peu codifiables en un groupe défini qu'on a tendance à faire relever de faiblesses organiques diverses ou d'anémies, quand ce n'est pas de dysfonctionnements glandulaires, qui sont toujours une explication commode parce que aussi imprécise que les troubles eux-mêmes.

Mercure se trouve en chute dans le signe des Poissons et sa subtilité, comme son sens critique, font ici cruellement défaut, sauf dispositions spéciales de la carte du ciel. Il est de fait que ce natif est généralement doté d'un aspect peu robuste, en ce sens que ses épaules sont étroites et ses hanches fuyantes, ses yeux souvent à fleur de tête. Dans la figure de l'homme-zodiaque, nous en sommes arrivés à la terminaison et, de fait, ce sont ici souvent les pieds qui constituent l'organe faible, ou tout au moins la porte d'entrée possible de maladies.

Pieds en général plustôt petits mais larges, de forme plutôt plate par affaissement de la musculature et de l'ossature, souvent affectés par des enflures plus ou moins en connexion avec de l'oedème aux chevilles, et parcourus de varices très apparentes.

Ces troubles de la circulation se relient facilement à d'autres, perturbant le métabolisme de l'eau et la régulation  de la température interne pour peu qu'intervienne une station dans un endroit humide ou très froid. Rhumatismes, rhumes, refroidissements à tous les degrés peuvent donc être la conséquence à brève échéance, tandis que toutes les bouffissures, la cellulite et, au pire, les ascites constituent des diffusions toxiques et des manifestations d'apparence incohérente.

On comprend que cette sensibilisation des pieds fasse également une porte d'entrée pour les infections microbiennes ; la gangrène  et le tétanos y trouvent quelques fois leur terrain de choix.

Il n'y a pas de natif plus susceptible de se mettre dans la peau d'un autre. Il arrive que cotoyant des malades, il s'y identifie et peut ressentir de bonne foi tous leurs symptômes. D'où la possibilité de véritalbes délires psycho-sensoriels. Cela peut aller de la volonté sèche d'ignorer les réalités pour ne pas y participer, jusqu'à la crainte méfiante (de la contagion par exemple) et même jusqu'au désir d'assumer, pour son soulagement supposé, les souffrances d'un malade aimé. Tout cela opère dans un tel flou que la personnalité s'efface et que les souffrances ainsi appelées et plus ou moins ressenties sont acceptées dans une sorte de sublimation délectatrice.

Les Poissons sont, cependant, le signe dévolu aux hôpitaux, mais ce que nous venons de dire montre que le natif aura peu avantage à y séjourner. D'une part, l'imprécision de ses observations personnelles aura tendance à le faire considérer uniquement comme un psychique par le personnel médical, et ce ne sera pas toujours faux du fait des conversations avec d'autre malades dont les plaintes multiformes seront particulièrement nocives sur lui.

Tous les poisons et toutes les toxines internes et microbiennes exerceront sur ce natif une influence désastreuse. Et comme, en cherchant à lutter contre les souffrances réelles ou exagérées, il peut arriver à s'adonner à tout ce qui permet une fuite hors de la réalité et de la personnalité :  alcool, narcotiques, stupéfiants, on peut se demander s'il ne s'agit pas d'une forme artificielle, inférieure et frustre d'une sublimation qui manque de courage.

Il faut donc lui déconseiller une existence près des eaux dormantes ou dans des endroits très ombragés. La vie dans les villes et particulièrement au rez-de-chaussée, l'humidité et l'immobilité sont ses plus grands ennemis. Le soleil et l'exercice approprié dans les lieux secs sont, par contre, les meilleurs adjuvents à sa santé. Un séjour à la mer si le climat est bien choisi, peut le retremper dans le milieu originel d'où exaltation des réactions de défense. Dans d'autres cas, il peut être utile de créer un certain choc par un séjour en campagne ou en montagne moyenne.

Le soluté physiologique de sel marin isotonique, utilisé en compresses, en bains de pieds, en instillations, en aspirations nasales devrait avoir une action revigorante puissante. L'équilibre phospore-calcium, les petites doses d'iode lui sont absolument nécessaires pour le bon fonctionnement thyroïdien, et surtout le chlorure de magnésium qui peut le protéger des tumeurs à caractère diffusant, correspondant au signe. Nous lui conseillerons donc vivement l'usage quotidien du sel marin non raffiné.

 

 

 

 

 

 

retour page LES SIGNES et LEUR SANTE

Date de dernière mise à jour : 24/01/2023

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam