le SAGITTAIRE et sa santé

 

 

Dans la figure de l'homme-zodiaque, ce signe est donné comme en rapport avec les hanches, le haut des cuisses, le bassin et leurs parties charnues, ainsi qu'avec la thyroïde.

Une curieuse tradition veut que, souvent, ceux marqués par ce signe, soient ceux qui possèdent un organe surnuméraire, sixième doigt, palmature aussi (Jupiter s'était bien incarné en un cygne) et les dents "en palette" (incisives exceptionnellement larges).

Signe d'une santé vigoureuse en général (de cheval, si l'on veut) et d'une carrure athlétique ! Souvent ces natifs ont tendant à développer la partie animale de leur corps d'abord, dans les exercice physiques les plus violents. Et ce sont eux que la vieillesse voit encore adonnés à la chasse, au golf ou à l'équitation, sports favoris du Sagittaire.

Même les fillettes préfèrent user leurs fonds de culotte à monter aux arbres plutôt que sur les bancs de l'école et se plaisent aux jeux et rixes des garçons. Parfois, ce sont de véritables "garçons manqués" qui, plus tard, par leur assurance, leur stature, leur regard, leur timbre de voix, peuvent devenir de véritalbes chefs, en concurrence avec l'autre sexe.

Les proportions du natif, bien équilibrées jusqu'à la maturité (âge jupitérien) ont ensuite tendance à faire place à un large embompoint abdominal. Pour les hommes, c'est une "bedaine" plus ou moins expansive, une barbe carolingienne que son propriétaire a coutume de caresser d'un air absent, ironique et majestueux ! Hélas, surmontant le tout, il ne reste qu'une couronne légère de fins cheveux, tout le sommet ayant tendance  à se "déplumer" très prématurément.

Chez les femmes, c'est le jeu de Jupiter de préférer les formes trop généreuses ; abdomen et chute de reins proéminents portent sa signature, ainsi que l'envahissante cellulite tant redoutée.

C'est que les désordres de santé du Sagittaire sont en rapport, non directement avec les organes de la nutrition, mais de ceux du métabolisme, de l'assimilation, de la combustion ou des mises en réserve. Le foie qui le premier y préside, peut être déficient. Et ce qu'il ne brûle pas est rejeté vers les poumons (influence réflexe des Gémeaux). S'il survient un encrassement de ces émonctoires, c'est l'embonpoint de surcharge, sonnette d'alarme trop souvent méconnue, que certains cultivent à plaisir. "vivons bien, nous mourrons gras" ou "il vaut mieux faire envie que pitié" sont devises du Sagittaire. Et pour peu qu'une planète maléfique intervienne, l'équilibre des volumes et des poids se trouve perturbé.

Par le jeu d'engorgements, de phénomènes congestifs d'origine hépatique, se font jour des dermatoses, des irritations brûlantes, des éruptions, des troubles circulatoires portant plutôt sur le système veineux (veine porte du foie). Perturbation de la fonction biliaire avec présence, dans le sang et les urines,  de pigments et de sels biliaires, douleur en ceinture, lumbago, sciatique, à point de départ au bassin, sont troubles spécifiques, et souvent aussi, comme chocs en retour de traitements trop radicaux ou mal appliqués. Des dysfonctions thyroïdiennes s'y ajoutent encore, soit comme causes, soit comme conséquences.

C'est que la gourmandise, péché Jupitérien, porte non seulement à l'abondance alimentaire, mais à déguster des plats trop riches et savamment mijotés, exagérant ainsi l'apport de graisses que le foie se fatigue à "métaboliser" correctement et que, lassé, il se contente de rejeter vers la réserve, au grand dam de la sveltesse, de l'agilité et de l'état des vaisseaux sanguins dans cette région pelvienne où les phénomènes compressifs prennent une grand importance.

Des maladies à processus inflammatoire dont l'ampleur à de quoi surprendre, des fièvres brusques et fortes se dissipant rapidement et spectaculairement, mais sujettes à rechutes (feu couvant sous la cendre) car au Sagittarien, la récupération est parfois assez difficile, vu l'état de leur foie.

L'homéopathie affecte à ce signe le silicium, auquel les statistiques reconnaissent en effet 8% d'assujettis, soit un signe en répartition moyenne des naissances. L'étain ou ses dérivés, voués à Jupiter, s'opposent également chez eux à toute invasion parasitaire ou la guérissent. Comme remèdes naturels, les tisanes, de préférence riches en silice, que l'on boit hors des repas et qui éliminent les déchets : feuilles de fraisier ou de frêne ou de cassis additionnées de prèle, dit-on. L'aloès, prémunisant contre les conséquences des excès de table. Précieuses fraises, poires et autres fruits riches en silice, ainsi que certaines eaux minérales silicatées.

Le Sagittarien va souvent plus loin que ne le lui permettent ses forces. Il devra veiller à un repos marqué, par exemple, à une sieste méridienne, et éviter les refroidissements, surtout pendant la digestion.

A ces malaises, points noirs sur un fond enviable, existe sur le plan psychique, une compensation : la jovialité du Sagittaire ne s'embarrasse pas des phantasmes du Scorpion et ne cultive pas la neurasthénie ni même le simple ennui.

Sauf les dissociations en rapport à des maléfices accessoires, le Sagittaire bien marqué peut évoluer surtout vers une inflation de son égo et, à la limite, assumer par outrance une mégalomanie plutôt joyeuse. Esprit vif et saisissant par synthèse immédiate tout ce qui frappe les sens, il reste en général bon public, en toutes circonstances. Il le montre souvent en aimant plaisanter de ses maux.

 

 

 

retour page LES SIGNES et LEUR SANTE

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam